Pour une fois je sors un peu du thème de ce blog pour vous parler d'une astuce dont je suis assez satisfait.

Comment numériser nos vieilles diapos avant qu'elles ne perdent toutes leurs couleurs ? En effet, certaines diapos se conservent parfaitement, d'autres pas, les couleurs virent au rose, au bleu, des taches se manifestent. Ceci tient à la qualité du développement, la qualité des bains à l'époque où elles ont été développées.

Pour numériser ces diapos, voire des négatifs couleur, comment faire simplement et surtout rapidement ?

Un scanner à plat avec dos lumineux peut le faire, mais souvent cela nécessite un kit d'installation des photos dans le scanner et l'opération en définition maximum peut s'avérer longue et fastidieuse. J'ai testé cela avec un scanner HP4890, je me suis vite lassé.

Un scanner spécifique pour diapos peut faire l'affaire mais je ne me suis pas résolu à investir uniquement pour ce type d'opération. J'aurais peut être du le faire ...

J'ai opté pour un système perso inspiré de ce que j'avais vu chez PEARL Diffusion, ici : http://www.pearl.fr/photo/accessoires/adaptateurs/adaptateur-pour-numerisation-de-diapos-et-negatifs_NC1749.html

Je n'ai pas acheté ce dispositif car il ne fait que les 24x36 (ou 4x4) or j'ai de nombreuses diapos et négatifs en moyen format 6x6. J'ai donc décidé de le réaliser.

 

P1000837

 

Préalablement il faut évaluer la distance minimale de focus de votre appareil. Ceci peut se faire en fixant une diapo sur une surface lumineuse, par exemple un abat-jour de lampe, puis en faisant quelques photos les plus rapprochées possible et en vérifiant la parfaite netteté.

Dans mon cas, la distance est d'environ 6 cm au boîtier (l'objectif va ensuite sortir du boîtier ce qui réduit cette distance par rapport à la pellicule).

 

Image1

 

Ensuite il faut fabriquer un cylindre qui pourra se placer autour de la base de l'objectif, dans le cas du PANASONIC TZ30 que j'utilise, le diamètre intérieur du cylindre est de 5,2 cm.

Toutes les pièces intérieures doivent être peintes en noir mat pour éviter les reflets parasites, j'ai utilisé les petites bouteilles de peinture acrylique en vente chez Carrefour.

Alors il faut fabriquer la platine qui va recevoir la photo, toujours en carton, j'ai réalisé des glissières ajustées à la cote des diapos en prévoyant en plus de fentes sur les côtés permettant de glisser des négatifs non découpés.

 

P1000839    P1000840

 

P1000841

Enfin j'ai ajouté deux petites pattes permettant de passer un élastique autour de l'appareil.

Et voila le travail :

 

20140410_092027

 

Alors, plus compliqué, j'ai fait la même chose pour mes photos 6x6, là il faut réaliser un cône qui demande un peu de réflexion à la conception, mais j'ai confiance, vous y arriverez ...

 

P1000843

 

Maintenant il faut trouver la bonne source de lumière, en fait il faut une source assez puissance pour éviter la pixélisation liée au sous expositions. J'ai essayé pas mal de solutions avec des lampes électriques, difficile de ne pas avoir de problème de courleur ou d'uniformité, le plus simple consiste consiste à attendre un jour de beau soleil et à viser une feuille de papier blanc placée au soleil. Ca fonctionne bien mais il faut du soleil et quand il fait beau j'ai autre chose à faire que de numériser mes photos.

Aussi pour pratiquer cette activité par temps maussade, j'attends un ciel uniformément gris sans nuages trop formés et je pointe le ciel tout simplement au travers du Velux de mon bureau. Vous pouvez aussi pointer un beau ciel bleu sans nuage mais vous aurez une dominante bleue à corriger après numérisation.

Les résultats sont satisfaisants et la numérisation est très rapide, environ 5 à 7 photos par minute.

En voici une à peine retouchée que j'ai pu sortir en 3900x3900px à partir d'un négatif 6x6.

1976 Yeu Judex 04_

Yeu 1976

PhB